jeudi 11 avril 2013

"Produire et consommer le riz local"


Mateso Baibingi le géniteur de la variété du riz Baibingi1 demande un soutient pour vulgariser cette variété partout en République Démocratique du Congo




La cinquantaine, ingénieur agronome de formation, Joseph Mateso Baibinge a été pendant vingt-cinq ans chercheur à l'Institut national pour l'Etude et la Recherche agronomiques à Yangambi, dans la Province Orientale de la RD Congo. Il a mis au point d'une variété de riz pluvial, le baibinge1, qui pourrait remplacer à terme le riz importé.

Picha na Mazungumuzo: Pour commencer, pouvez-vous nous parler de vos travaux de recherche sur le riz pluvial?

Joseph Mateso Baibinge: Mes recherches m'ont conduit à inventer une variété de riz que j'ai nommée le baibinge1 pourquoi a-t-il fait ces recherches ? Une variété mise au point en 2008 et homologuée en 2010 dans le journal de l'Institut International de Recherche sur le Riz  (IRRI)  aux Philippines mais déjà vulgarisée auprès des riziculteurs en 2009.
Le baibinge1 est une variété très rentable, jusqu'à 2500 kg/ha en zone rurale et 4000 kg/ha en station, dans des conditions normales, sans engrais. Il se cultive sur un cycle court de plus ou moins quatre mois. Quelle différence de productivité par rapport au riz actuellement cultivé ?


P N M: Cela fait quelques années que cette variété de riz a été homologuée et vulgarisée. Pourtant, on ne le trouve pas facilement sur le marché local?

J M B: Pour l'instant, le baibinge1 est distribué à faible échelle, principalement au marché de Kisangani. Mais les consommateurs peuvent également s'approvisionner auprès des Ong basées à Kisangani centre ou à la station de recherche de l'INERA à Yangambi BA-BESA, dans le Bas Uélé, notamment dans le district de Tshopo.
Ici à Opienge, on est encore à la phase de récolte. Nous sommes en train d'assurer sa promotion auprès des retournés de guerre. La grosse difficulté que nous rencontrons dans la production du baibinge1, c'est que la récolte n'est pas encore abondante, car certains riziculteurs ne respectent pas les consignes de base pour la mise en culture. D'autres ne veillent pas suffisamment à protéger leurs champs contre les prédateurs qui déciment une bonne partie des récoltes. Donc ça ne marche pas terrible…Est-elle adaptée aux conditions de culture des agriculteurs ?


PNM: Avez-vous l'ambition de supplanter ou concurrencer le riz importé et consommé à Kisangani?

J M B: Notre ambition est de faire en sorte que les populations puissent consommer du riz produit localement. Il faudrait, pour y arriver, avoir la possibilité de poursuivre les recherches, d'améliorer la variété ou d'en inventer d'autres, de qualité supérieure, pourquoi pas baibinge2, 3, etc. C'est en produisant et en consommant local qu'on pourra aussi lutter contre les pénuries de riz et assurer ainsi l'autosuffisance et la sécurité alimentaires.  Je suis certain que nous pouvons arriver à une meilleure productivité, sur des cycles plus courts. Mais cela suppose des moyens et un appui du gouvernement, pour la promotion de cette variété auprès des populations, dans toutes les provinces du pays, à commencer par ici, en Province orientale.


PNM: Concrètement, quels sont les différences entre le baibinge1 et le riz consommé localement? 

J M B: Le riz baibinge1 est une variété long grain, à la différence du riz consommé localement, qui a un grain arrondi et court. Après décorticage, le baibinge1 perd à peine 30% de son volume alors que le riz importé n'est rentable qu'à moitié, avec beaucoup de brisures. Je voudrais ajouter que, question production, la mise en culture, le battage et le décorticage du baibinge1 sont très faciles.

On peut noter également des différences en ce qui concerne la cuisson. Le baibinge1 gonfle bien à la cuisson et ne colle pas. Il a un léger arôme et beaucoup de propriétés organoleptiques, c'est-à-dire du goût, de la texture et beaucoup de consistance.


PNM: Sans moyens matériels et investissements, comment arriverez-vous à le promouvoir et commercialiser?

JBM : En 2012, avec l'appui du Comité International de la Croix Rouge (CICR), près de 755 ménages ont reçu chacun 10 kg de semences pour cultiver ce riz. On est en ce moment en phase de récolte et chaque producteur doit rétrocéder près du tiers de sa récolte au CICR qui va se charger de la redistribution auprès d'autres familles. Pour l'instant, il ne s'agit que d'une formule à petite échelle. Si on veut toucher plus de consommateurs, il faudra évidemment développer d'autres stratégies commerciales. Ce qui suppose, comme souligné plus haut, des moyens financiers et logistiques importants.


Propos recueillis par Alain Wandimoyi

1 commentaire:

  1. Ma femme et moi étions séparés il y a de cela deux mois, nous vivons sous le même toit, après 12 ans de mariage et 3 beaux-enfants dont deux filles et un garçon. Le problème était déjà commencé depuis l'année dernière puisqu'elle m'avait dit qu'elle ne ressentait plus rien pour moi, qu'elle ne m'aimait plus du tout, en ce moment je l'avais supplier pour redonner une chance a notre mariage mais cette dernière n'en faisait qu'a sa tête.

    Il y a de cela deux mois, j'étais rentré du boulot à ma surprise ma femme n'y était plus y compris nos enfants. En même temps, j'avais pris mon portable pour avoir de leurs nouvelles elle m'avait dit de ne plus jamais l'appeler et de ne pas chercher a les voir, notre amour n'était plus harmonieux et ça devenait plus compliquer, malgré tout, je continuais et essayer de sauver mon foyer surtout mon mariage pour pouvoir la reconquérir, mais ça devenait encore plus compliquer et je reconnaissais plus ma femme.

    Je n'étais plus dans mon monde puisque je l'aimais plus que tout au monde et j'aimais aussi mes enfants, je ne pensais plus quoi faire jusqu'à ce que j'avais consulté des pages psychologies pour avoir d'aide pour sauver mon mariage c'est de là que j'étais tombé sur des témoignages qui faisaient des éloges d'un Mr, J'avais contacté le Mr en étant doutant parce que a voir sur l'internet ce qui se passe on sait plus qui fait confiance.

    Finalement, j'avais contacté le Mr en lui expliquant ma situation et il m'avait dit de ne pas m'inquiéter qu'il va me faire revenir ma femme dans quelques jours.

    Avec lui, j'avais eu à faire quelques rituels, je ne croyais pas à mes yeux de ce miracle, car dans 7 jours, le Mr m'a fait revenir ma femme à la maison, j'étais tranquille quand ma femme est revenue elle-même avec les enfants et m'a supplier. C'est le premier miracle que j'ai vu dans ma vie.

    Grâce à ce Mr, j'ai retrouvé ma vie et je suis heureux.

    Pour toutes personnes qui sont dans le besoin de guide spirituel et qui sont dans le même cas que moi je vous conseille de contacter ce Mr, je vous laisse ses coordonnées.

    E-mail : abibmarabout@hotmail.fr
    Tél : 0022998758593

    Veuillez le contacter en lui expliquant votre situation, il saura quoi vous faire pour vous redonner le souri aux lèvres.

    E-mail : abibmarabout@hotmail.fr
    Tél : 0022998758593.


    Faites attention sur l'internet, ce Mr est une personne sérieuse, honnête qui offre son talent à toutes personnes qui ont besoin de guide spirituel pour tous les problèmes de leur vie.

    RépondreSupprimer