mardi 5 mars 2019

Les opérations Sokola2 sud du Sud Kivu rehaussent les vagues des redditions des combattants


Les efforts des opérations sokola2 sud sous la houlette du commandant de la 33e Région Militaire le Général Major Muhindo Akili Charles, les résultats palpables sont perceptibles. On observe depuis plusieurs mois des avancé significatives il ne se passe pas une sans des combattants Maï-Maï et leurs alliés déposent les armes et se rendent aux Force Loyalistes. Tout ceci résulte des efforts que mènent les FARDC   sur le terrain et le respect des consignes du commandant Région de combattre en même temps de sensibiliser des groupes armés de déposer leurs armes. Résultat des combattants déposent les armés et se rendent.
 Mulondani Byaleta chef du groupe Maï-Maï KASHUMBA et quatre de ses hommes minus de deux armes AKA 47 se sont rendus aux FARDC le mardi 5-mars-2019 à Kiliba. Ces Maï-Maï opéraient dans la localité de MANGWA groupement de Muhungu au Nord de Kiliba dans le territoire d'Uvira. Interrogé sur la motivation de sa reddition :« Mr Mulondani Byaleta affirme être fatigué de vivre dans la brousse et voudrait que la population retrouve la paix», Propos recueillit par le service de communication du secteur opérationnel sukola2 sud du  Sud Kivu.  Pendant ce temps, « d'autres Maï-Maï continuent de se rendre par petits groupes aux différentes unités des FARADC dans les territoires d’Uvira et de Fizi ces deux derniers mois », Capitaine Dieudonné Kasereka porte-parole du secteur opérationnel sukola2 sud, Sud Kivu. Le commandement secteur opérationnel sukola2 sud du Sud Kivu encourage les autres Maï-Maï qui hésitent encore à venir se rendre avec leurs armes et ils seront bien accueillis. La semaine passée le chef Maï-Maï KIHEBE s'est rendu aux FARDC et se trouve pour le moment en sécurité à Bukavu.


Toujours dans ce même chapitre, même des enfants associés aux groupes armés sont aussi concernés. A cette même date un enfant associé aux forces et groupes armés a été remis ce mardi 5-mars- 2019 à la section protection de l'enfant de la MONUSCO par le service de renseignements du secteur opérationnel sukola2 sud du Sud Kivu.  Cet enfant de nationalité Burundaise avait été capturé  lors des affrontements entre les FARDC et les rebelles FNL dans les moyens plateaux d'Uvira au mois de février dernier. « L'enfant affirme avoir été recruté de force par la rébellion burundaise du coup il  s'est alors retrouvé sur le territoire congolais ! », indique notre source.

Madame DEE la chef de protection de l'enfant de la MONUSCO en mission de service à Uvira a condamné le recrutement des enfants par les groupes armés est un crime de guerre. Elle souligne que ces enfants n'ont pas la faute, mais ceux qui les recrutent. Elle met en garde tous ceux qui recrutent les enfants au sein de leurs groupes et force armé, car ils subiront tôt ou tard la rigueur de la loi. Elle a remercié à cet effet les FARDC pour leurs collaborations avec la section protection de l'enfant de MONUSCO. Cet enfant sera remis à L'UNICEF qui est chargé de cette question.


vendredi 21 décembre 2018

COMMUNIQUE DE LA COALITION DES ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE POUR LE PLAIDOYER EN FAVEUR DE LA CONSERVATION DES RESSOURCES NATURELLES DANS LA REGION DES GRANDS LACS




COMMUNIQUE DE PRESSE A L’ISSUE DE L’ADOPTION DU PLAN STRATEGIQUE DE  LA COALITION DES ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE POUR LE PLAIDOYER EN FAVEUR DE LA CONSERVATION DES RESSOURCES NATURELLES DANS LA REGION DES GRANDS LACS  - EN SIGLE : COSPGL-RN A GOMA CE 20 DECEMBRE 2018
Les organisations membres de la COSPGL RN se sont réunies à Goma ce jeudi décembre 2018 pour valider le plan stratégique quinquennal  de la coalition 2018 - 2022.
 Le plan stratégique validé vise à faciliter et à orienter les interventions de la coalition dans la région. Il va au-delà de la simple planification, car il oblige le responsable du réseau COSPGL à examiner son contexte interne et externe, à faire des projections dans le futur et à identifier des stratégies pour réaliser sa mission et sa vision.
C’est un outil du cycle de gestion axée sur les résultats et la coalition ne ménagera aucun effort pour remplir ses missions au regard de ses valeurs. Ce plan stratégique est un document contenant les objectifs généraux définis par les membres de la coalition, l’ensemble d’actions et de stratégies qui faciliteront l’acquisition, l’utilisation et la répartition des ressources.
Il oriente les dirigeants vers les objectifs à atteindre et a pour objectif principal de faire les choix stratégiques en orientant les décisions en fonction des conséquences prévisibles sans éliminer le risque.
C'est un moyen de motiver les acteurs de l'organisation et d'assurer la cohérence des choix stratégiques dans une approche globale, participative et qualitative.
Cette planification stratégique consiste à regarder l'avenir de notre coalition dans les cinq prochaines années et ce que nous voulons faire pour que cela se produise.
Dans le cadre du processus de développement, la COSPGL RN a  évaluée l'état actuel de la région, ses ressources, ses forces, ses  opportunités, menaces et ses faiblesses, ses concurrents et le contexte politique de la région.
Elle a développée  des stratégies et des tactiques pour résoudre les problèmes découverts, Fixée  des délais et assigner des responsabilités pour que le plan soit réalisé.
Les membres de la COSPGL-RN ont adopté le logo officiel de la coalition issue d’un concours interne et se sont fixés les prochaines étapes afin de rendre opérationnel le document adopté ce jour en présence des cadres des services techniques de l’Etat en province et du ministère de l’environnement.
La COSPGL –RN reste ouverte aux autres acteurs œuvrant dans la thématique environnementale d adhérer à la vision  en vue de la gestion durable des ressources naturelles.
Fait à Goma, le 20 décembre 2018
La modération de la COSPGL RN

mardi 27 novembre 2018

Enfin Ntabo Tabiri Cheka devant la justice congolaise

Parmi les les charges contre Cheka, il y a incendie des villages le cas de Ntoti
Cheka devant la justice militaire opérationnelle du Nord Kivu.

Vue d'une des zone jadis occupé par le présumé Cheka
Ici le présumé Cheka tout oreilles de charges porté contre lui par la justice militaire.
Le présumé Cheka dans sa cellule.
La population curieuse de voir l'intouchable invulnérable devant la justice congolaise.

mercredi 14 novembre 2018

mardi 13 novembre 2018

Contraste virtuel ou une réalité dans le site minière de Bisie?

Avant plusieurs personnes vivaient de l'exploitation artisanale de minerais dans le site minier de Bisie. Dans le temps c'était un boum rang hélas dans des conditions aussi périlleuses.
Ce site a enrichi certains militaires complices de groupes armés. Tandis que les les exploitants ne se contentaient que petits miettes devant ce risques que vous voyez. Beaucoup ont avaient laissé leurs vie dans ce tunnel de la mort.
Lorsque l'on compare ce tunnel sur l'image ci-haut à celle d'en bas. Je me demande pourquoi manipuler les habitants de Walikale contre une exploitation industrielle des minerais sur le site de Bisie ?


No comment

jeudi 25 octobre 2018

Comment mettre fin aux groupes armés à l'Est de la Rd Congo?

L'histoire se répète quand je regarde dans mes archives photos je constante que ça se répète encore. Ici je me permet de faire un lien sur la barbarie humaine dans la localité de Ntoto dans la profondeur de Walikale!
Cette végétation prête une confusion visuelle et géographique avec Beni. Avec cette série des photos je vous laisse de comprendre qu'il y a trois ans les NDC de Cheka avaient  brûlé la localité de Ntoto.
 Des contingents de la Monusco repèrent les bavures des groupes armés

 Tout le village de Ntoto à feu

vendredi 19 octobre 2018

Relier la ville de Bukavu à Goma par l'ingéniosité à la congolaise

Relier la ville de Bukavu à Goma  par l'ingéniosité à la congolaise.
C'est sympa de voyager à bord des bateaux conçus et monter par l'expertise des congolaises, plusieurs bateaux navigue sur le lac Kivu  chose qui était un casse-tête.
Actuellement on ne se pose plus des questions pour faire le voyage d'affaire entre ces deux villes séparées l'une à l'autre d'une distance de 100 km par voie lacustre et de plus de deux cents kilomètres par voie terrestre.
Pour la petite histoire, pour quitter  Goma pour Bukavu seulement  par la voie terrestre était plus favorable pour répondre à un rendez-vous, car l'on devait se plier au programme de l'unique compagnie de l'état (SNCC) avec la célébrité des bateaux : Vedette pour le nantis, Karisimbi, Mikeno pour la classe moyenne et le célèbre Bikokota (Ruzizi) pour le moins nantis pour ne pas dire les pauvres un terme que j'estime péjorative.
Vous retiendrez qu'à la révolution des chantiers navales il y a plus d'une dizaine d'années, les voyageurs sur l'axe navigable du lac Kivu  soufflent un ouf de soulagement grâce à cette initiative de citoyen Congolais qui monte des bateaux qu'ils conçoivent sur base d'un design de leurs choix.


Aujourd'hui l'on peut faire un voyage de business de Goma à Bukavu en aller et retour le même jour, l'on peut aussi faire un voyage de loisir pour chasser le stress ou carrément passer un bon week-end dans un bateau d'un point à l'autre dans ces deux villes dans une boite de nuit que certains de ces bateaux qui naviguent la nuit.

En dépit de cette innovation ils manquent encore certaines choses, d'abord les armateurs doivent règlementer certain failles notamment la capacité d'accueil, le prix de billet, le service connexe des dortoirs communs et bien d'autres services. De l'autre côté la population qui bénéficiaire de ces services doivent aussi respecter le principe de civisme c'est là où l'état à le devoir de sensibiliser les congolais à l'éducation civique, car c'est le socle pour construire une nation forte.