mardi 27 novembre 2018

Enfin Ntabo Tabiri Cheka devant la justice congolaise

Parmi les les charges contre Cheka, il y a incendie des villages le cas de Ntoti
Cheka devant la justice militaire opérationnelle du Nord Kivu.

Vue d'une des zone jadis occupé par le présumé Cheka
Ici le présumé Cheka tout oreilles de charges porté contre lui par la justice militaire.
Le présumé Cheka dans sa cellule.
La population curieuse de voir l'intouchable invulnérable devant la justice congolaise.

mercredi 14 novembre 2018

mardi 13 novembre 2018

Contraste virtuel ou une réalité dans le site minière de Bisie?

Avant plusieurs personnes vivaient de l'exploitation artisanale de minerais dans le site minier de Bisie. Dans le temps c'était un boum rang hélas dans des conditions aussi périlleuses.
Ce site a enrichi certains militaires complices de groupes armés. Tandis que les les exploitants ne se contentaient que petits miettes devant ce risques que vous voyez. Beaucoup ont avaient laissé leurs vie dans ce tunnel de la mort.
Lorsque l'on compare ce tunnel sur l'image ci-haut à celle d'en bas. Je me demande pourquoi manipuler les habitants de Walikale contre une exploitation industrielle des minerais sur le site de Bisie ?


No comment

jeudi 25 octobre 2018

Comment mettre fin aux groupes armés à l'Est de la Rd Congo?

L'histoire se répète quand je regarde dans mes archives photos je constante que ça se répète encore. Ici je me permet de faire un lien sur la barbarie humaine dans la localité de Ntoto dans la profondeur de Walikale!
Cette végétation prête une confusion visuelle et géographique avec Beni. Avec cette série des photos je vous laisse de comprendre qu'il y a trois ans les NDC de Cheka avaient  brûlé la localité de Ntoto.
 Des contingents de la Monusco repèrent les bavures des groupes armés

 Tout le village de Ntoto à feu

vendredi 19 octobre 2018

Relier la ville de Bukavu à Goma par l'ingéniosité à la congolaise

Relier la ville de Bukavu à Goma  par l'ingéniosité à la congolaise.
C'est sympa de voyager à bord des bateaux conçus et monter par l'expertise des congolaises, plusieurs bateaux navigue sur le lac Kivu  chose qui était un casse-tête.
Actuellement on ne se pose plus des questions pour faire le voyage d'affaire entre ces deux villes séparées l'une à l'autre d'une distance de 100 km par voie lacustre et de plus de deux cents kilomètres par voie terrestre.
Pour la petite histoire, pour quitter  Goma pour Bukavu seulement  par la voie terrestre était plus favorable pour répondre à un rendez-vous, car l'on devait se plier au programme de l'unique compagnie de l'état (SNCC) avec la célébrité des bateaux : Vedette pour le nantis, Karisimbi, Mikeno pour la classe moyenne et le célèbre Bikokota (Ruzizi) pour le moins nantis pour ne pas dire les pauvres un terme que j'estime péjorative.
Vous retiendrez qu'à la révolution des chantiers navales il y a plus d'une dizaine d'années, les voyageurs sur l'axe navigable du lac Kivu  soufflent un ouf de soulagement grâce à cette initiative de citoyen Congolais qui monte des bateaux qu'ils conçoivent sur base d'un design de leurs choix.


Aujourd'hui l'on peut faire un voyage de business de Goma à Bukavu en aller et retour le même jour, l'on peut aussi faire un voyage de loisir pour chasser le stress ou carrément passer un bon week-end dans un bateau d'un point à l'autre dans ces deux villes dans une boite de nuit que certains de ces bateaux qui naviguent la nuit.

En dépit de cette innovation ils manquent encore certaines choses, d'abord les armateurs doivent règlementer certain failles notamment la capacité d'accueil, le prix de billet, le service connexe des dortoirs communs et bien d'autres services. De l'autre côté la population qui bénéficiaire de ces services doivent aussi respecter le principe de civisme c'est là où l'état à le devoir de sensibiliser les congolais à l'éducation civique, car c'est le socle pour construire une nation forte.

mercredi 10 octobre 2018

Qui est le Général Major Muhindo Akili Charles Alis Mundos ?


« Il promet de relever le défi de la sécurité avec l’aide d’une presse responsable et l’appui de la population du Sud Kivu et du Maniema »
Après plusieurs années de diabolisation et d’un long silence quant à ce, le Général Major Muhindo Akili Charles sort  de son silence.  Nouvellement  promu au grade du Général Major, décoré  héros National Kabila et Lumumba puis muté à la 33ème Région Militaire, plusieurs voix se sont levé contre sa personne.  Il pense dur comme fer et que sa mission sera un succès si la population via les médias responsables l’accompagnait dans   les efforts de l’armée devant un défi de banditisme urbain, l’activisme de groupes armés et l’indiscipline militaire.  Pour éclairer la lanterne de la population en dépit de cette campagne d’intoxication contre la personne du Général récemment promu pour diriger la 33ème région militaire, il nous a accordé un entretien à bâtons rompus.

C’est au cours  d’un entretien à cœur ouvert avec des journalistes, le Général Major Muhindo Akili Charles a dressé l’état de lieu de la région militaire qu’il est appelé à commander en dépit d’une campagne de diabolisation dressé contre lui  que distillent de personnes animé d’une mauvaise intention.  Notons que la région militaire  où cet officier est  affecté  est minée par l’activisme des groupes armés, le banditisme urbain et l’indiscipline de certains militaires. Comment sortir de cette gangrène ? Le Général a une vision  pour résoudre tant soit peu  tous ces maux au sein de cette région militaire.
Il n’est un secret pour le commun de mortel que beaucoup pensent que seul les militaires  sont sensés résoudre seuls ces problèmes que nous avons cité ci-haut. Pour le général Akili Muhindo Charles : « je viens de trouver  cette région militaire plus au moins instable  et cela constitue le premier défi à relever avec l’appui de toute la population en soutien à l’action militaire par les médias. Le second défi est celui de rétablir la discipline militaire au sein de cette région militaire. Pour cela j’invite la population de bien collaborer en toute  sincérité avec  les services de sécurité, c’est-à-dire  l’armée et la police ».



Que cachent les accusations contre le Général Mundos ?
Notre rédaction a voulu aussi en savoir plus, c’est après plusieurs années de recherches et de vouloir connaitre son point de vue face à toute les accusations portées contre ce général que nous avions vu sur le terrain  d’abord à Goma, à Walikale et à Beni où l’unique sortie était à la barre dans un procès en chambre foraine à la tribune de 8 mars.





Apres plusieurs années de silence, l’ombre sort de son silence en se livrant à la presse de Bukavu. Nous avons profité de s’approcher de cet homme que l’on a trop médiatisé dans les tueries que lui-même ne reconnait pas. Il a au moins accepté de s’entretenir avec nous  à cœur ouvert dans ses bureaux à Bukavu.
Pour répondre à ses détracteurs  qui le vilipendent  depuis  plusieurs années en l’accusant de tort et à travers selon lui,  devant la presse de Bukavu invitée à cette fin, le Général Muhindo Akili Charles a éventré le boa  en brossant son parcours  depuis la province orientale dans les opérations contre le LRA qui étaient  justifiées par un succès.
 Il a,  en outre, évoqué le cas de Beni où  la genèse de tout le critique porté contre lui est venue : « je n’aime pas parler des personnalités qui véhiculent de mauvaises informations contre ma personne  à cet effet , je laisse à la justice de nous juger ;  vous conviendrez avec moi que j’ai suffisamment apporté ma contribution dans la traque des  ADF/Nalu à Beni , j’ai libéré plusieurs otages, j’ai capturé plusieurs rebelles Ougandais », poursuit-il. Quant à ce, il n’est pas parti sur le dos de la cuillère en interdisant catégorique ces détracteurs  en ces termes : « que personne ne porte négativement des préjugés sur ma personne, je suis le fils de ce pays, un nationaliste.  J’ai prêté mon serment pour défendre ma patrie  et défendre la population et leurs biens jusqu’au sacrifice suprême ».
Pour la petite histoire,  cet officier incriminé avait quitté la province du Nord Kivu notamment Beni depuis le 06/06/2015 pour les hautes études et stratégies de défense à Kinshasa où il avait satisfait avec mention distinction
Mais à cet effet,  les observateurs avertis  s’interrogent toujours pourquoi le nom de ce dernier continue de circuler dans les bouches de gens ? Il y a une anguille sous roche. Pour aller loin dans cette affaire,  en dépit de son absence durant plus de 3 ans,  Il y a toute  l’ombre de l’homme derrière les massacres de Beni. Certains qui insinueraient qu’il existerait un Mundos qui dirige les égorgeurs dans le territoire de Beni. A ces allégations le Général Akili Mundos  rejette tout en bloc en ce terme : « Je suis parti de Beni depuis le 06/06/2015, mais mon nom continue à faire la une  dans les bouches de certaines personnes  mal intentionnées, des gens ont créé dans leurs têtes un Mundos au sein des ADF/Nalu. Les gens doivent analyser ceci qui n’est du pur chantage », Malgré son absence à Beni,  hélas ! La machette continue !
Comment sortir de l’ornière vue son expérience ?
En dépit des griefs portés contre lui , l’homme incriminé reste serein ; il croit dur comme fer que  l’espoir est permis après avoir décortiqué le problème pour son nouveau poste de commandement, il demande aux médias d’accompagner l’armée dans son approche globale pour la paix en sensibilisant la population d’adhérer dans sa vision. Il exhorte la population de Bukavu de bannir tous les préjugés portés contre lui. Il va, à cet effet,  restaurer la discipline au sein des unités  sous son commandement.  Avec cette approche,  ils vont ensemble éradiquer l’insécurité urbaine, et l’activisme des groupes armés ; c’est pour cette raison  qu’il compte s’appuyer sur les médias professionnels et responsables pour apporter la lumière sur la rumeur et l’intoxication qui accentuent une méfiance entre les responsables de la sécurité et  la population en  faveur des ennemis de la paix : « Si les médias décident de conjuguer avec l’armée pour la paix tout sera possible et la paix sera une réalité totale dans les entités sous notre commandement»,a précisé le Général Muhindo Akili lors de notre entretien à bâtons rompus. Retenons en passant que le Général Muhindo Akili avec son apport tactique a joué un grand rôle dans la traque des ADF/Nalu depuis le lancement des opérations Sokola1 en date du  16 janvier 2014.

 Avant son départ de Beni il avait déjà capturé plusieurs éléments de l’ADF/Nalu qui avaient servi d’échantillons, mais aussi de présumés pendant le procès de Beni.  C’est par son commandement que 342 parmi les  otages qui avaient été kidnappés  par les ADF/Nalu ont été libéré dont parmi eux des femmes et des enfants et la brave infirmière Chantal de Médecin Sans Frontière (MSF).

En réponse de ses détracteurs qui veulent politiser même l’armée, le Général n’a pas caché son sentiment : « Je suis un fils de ce pays, j’ai prêté le serment pour protéger la nation, la population et ses biens.  Je travaille pour la nation, je serais là même sous le règne de ces politiciens  lorsqu’ils seront  aux commandes à la tête de la République.  Je suis là pour servir sous le drapeau de mon pays. Ceux qui parlent  du mal de moi,  je n’ai qu’un seul défenseur qui est  mon Dieu, j’ai aussi le temps un allié qui ne trahit jamais et le terrain un témoin qui fidèle », conclut le général Major Mohindo Akili
Alain Wandimoyi