mercredi 19 juillet 2017

SOS… de gros poissons bouffent les plus petits : « Le pâturage communautaire de Buhumba spolié laissant plus de 6000 vaches dans la rue ! »



Plus de 6 000 vaches accompagnées de leurs propriétaires et bouvier ont descendu dans la rue pour protester contre la spoliation de leur pâturage à Buhumba dans le territoire de Nyiragongo.

Le manifestant dont certains portaient d'inscription dénonçant cette vente illicite d'un acteur politique en complicité du chef de groupe au profit d'un député bien connu dans la région. Devant un dispositif de la police venue pour encadrer les manifestants, ces manifestants après lecture, ils ont remis le mémorandum à l'administrateur du territoire de Nyiragongo qui à son tour va le remettre à l'autorité compétentes en matière, toutefois il a rassuré le manifestant que la justice va jouer son rôle, car nul n'est au-dessus de la loi.


Rappelons en passant que ce pâturage est un domaine du patrimoine de l'état. Quand de gros poissons veulent bouffer le petit, c'est ça la genèse de tout le conflit dans la province du Nord Kivu. Dans le Masisi s'il y a prolifération d'arme c'est entre autre le conflit de terre entre fermier et agriculteur et tout ce conflit l'homme politique est le premier bénéficiaire. La spoliation un patrimoine public d'une frange de la population si facile à manipulé n'est-ce pas une autre guerre en gestation qui ne dit pas son nom ? Vous conviendrez de noter que beaucoup de conflit qui gangrène le Nord Kivu provienne de conflit foncier, le cas de Masisi nous et Rutshuru. Ensemble ouvrons la bonne œil et trouvons une solution pacifique et durable. Que la justice impartiale tranche cette affaire. « La loi est dure mais, c'est la loi! »

mardi 25 avril 2017

Des journalistes de Goma mobilisés contre les crimes environnementaux



Une dizaine de journalistes basés à Goma ont été mobilisés, ce mardi 25-avril-2017, pour une implication de leurs médias dans le plaidoyer contre les crimes environnementaux et la lutte contre les menaces sur le Parc National des Virunga.
C'était lors d'un conclave organisé par Alerte Congolaise pour l'Environnement et les Droits de l'homme, ACEDH. Pourquoi cette mobilisation ?
Maitre  Olivier Ndoole, secrétaire Exécutif de l'ACEDH répond : « Des journaliste ont un pouvoir pouvant influencer le comportement de la population par rapport à la problématique liée sur les crimes environnementaux et lutte contre les menaces sur le parc de Virunga »

Après échange des journalistes participant à cette mâtiné de sensibilisation on crée une synergie  des journalistes sensibles aux questions environnementales.

jeudi 23 mars 2017

174 prisonniers de Munzenze de Goma, ont obtenu la liberation

Aujourd'hui,  174 pensionnaires de la prison centrale de Goma dite MUNZENZE viennent d'être libéré.
De gauche à droite, Sifa Masumbuko ministre provinciale de la justice, Berth Chekanabo Chef de Division provinciale de la justice au Nord Kivu, Kiovekola Vice ministre National de la justice à l'extrême droite Patrick Mukendi Directeur de la prison centrale de Goma
Depuis le 15 mars courant que  le ministère de la justice procède aux libérations des prisonniers ayant purge leurs peines d'autre qui ont de dossier vide ont aussi bénéficié de la  libération à cette occasion. Retenons en passant que la prison centrale de Munzenze de Goma héberge 1869 personnes et 16 nourrissons, retenons que parmi ce prisonniers civil 333et 155 militaires sont condamnés. Pendant la libération de ces 174 personnes, le Vice-Ministre Nationale de la justice s'est adressé aux bénéficiaires de cette libération en leur disant : « Vous êtes libre, vous rentrez chez vous c'est le moment de vous repentir et ne plus tomber dans le même piège, celui qui sera encore attrapé aura la justice sur son passage et cette fois-ci il ne seront plus emprisonnés à Goma, moins encore dans la province du Nord Kivu ».
   Pour la petite histoire cette prison qui héberge 1 869 personnes qui  a une capacité d'accueil de 150 personnes.  C'est avec joie que chacun a reçu son bulletin de libération entre  de la main du Ministre de la Justice.

Picha na Mazungumuza a voulu connaitre le sort des 12 politiciens arrêtés le 19 décembre 2016 : « Notre commission tient compte de leurs cas, mais ils avaient d déjà interjeté le dit dossier au niveau du pouvoir de cassation, c'est un cas que nous ne pouvons pas traiter au niveau local. Nous attendons  que la cassation réponde pour connaitre leurs sorts. » A conclus Kiovekola, vice-ministre Nationale  de la Justice.