vendredi 7 décembre 2012

Incompréhension et colère des soldats congolais






 Syfia Grands-Lacs/Rd Congo) Ce sont des militaires divisés et, pour une grande part, démoralisés qui ont eu à faire face aux soldats du M23. Se sentant trahis par le gouvernement, beaucoup ont choisi de fuir à la veille de la prise de Goma. Témoignages. Ce sont des militaires congolais démoralisés qui se tenaient dimanche sur la ligne de front qui ne tardera pas à être enfoncée par les rebelles du M23. Beaucoup ont commencé à fuir, découragés et même écœurés par leur dernière semaine de combat. Le 15 novembre, ils avaient répondu vigoureusement aux attaques des rebelles. Le lendemain les cadavres de leurs ennemis jonchaient la route de Goma à Kibumba à une trentaine de kilomètres de la ville. "On nous a attaqués à partir de quatre heures du matin, des rebelles et leurs alliés rwandais qui viennent des collines du Rwanda. Nous avons réussi à repousser l'attaque loin de nos positions. La preuve que voici vous dit clairement que des rebelles sont appuyés par les Rwandais", nous affirmait alors un lieutenant.

 Trahis
Pourtant retournés sur les lieux des combats le lendemain, le 16 novembre, nous y avons trouvé des militaires désespérés, certains ivres. Alors qu'ils enfonçaient les lignes ennemies, ordre leur avait été donné d'arrêter les combats. "Ça c'est une trahison pourquoi lorsque nous avons la maitrise de la situation, on nous demande de cesser le feu pour que les rebelles viennent nous surprendre. Il y a quelque chose que nous devons comprendre", s'interrogeait un militaire. "Pourquoi nous demande-t-on d'arrêter de combattre? Voilà nous venons bêtement de perdre nos positions et certains de nos collègues", regrettait aussi un membre d'un commando récemment formé par les Belges. D'autant qu'en franchissant ce groupe vers la ligne avancée de l'armée congolaise à Kibati, à 18 km de la capitale provinciale, nous avons pu voir des tanks, des hélicoptères et divers engins de guerre montrant qu'ils étaient bien équipés.
La colère et l'amertume étaient fortes. En arrivant vers Kibati, un peloton de militaires contemplaient les collines rwandaises, l'un d'eux s'est approché de nous et a dit : "C'est nous qui combattons je n'ai peur d'être contredit : au front nous nous affrontons avec l'armée rwandaise. En tous cas notre président est complice, je ne veux plus m'exposer à la mort dans une armée politisée comme celle-ci." Furieux, près de 500 d'entre eux ont refusé de combattre et ont déserté.
 Le porte-parole de l'armée et celui du gouvernement ont alors parlé eux de repli stratégique pour se réorganiser. Mais, dès le 16, l'armée congolaise avait reculé de 4 km avec femmes et enfants. Car les militaires viennent souvent au front accompagnés de leurs familles qu'ils se contentent de les faire reculer en cas d'attaque. On voit des soldats décrocher avec des enfants dans les bras, ou se fâcher quand leurs épouses les dérangent trop.

Jalousies et suspicions
Des jalousies et des suspicions rongent aussi l'armée. Des militaires engagés ensemble dans les combats contre le M23 ne se font pas confiance : "Ils sont commandos, mais ils n'ont pas des leçons à nous donner, d'ailleurs nous avons repoussé l'attaque des ennemis", expliquait un officier d'un régiment déployé à Kibumba, parlant de ceux qui ont été formés par des militaires étrangers. D'autres estiment que les éléments déployés sur le front à l'Est de la RDC sont trop nombreux. "Je trouve de trop le déploiement des commandos pour combattre le M23, notre unité est capable de les bouter hors d'état de nuire. Ces commandos ne connaissent pas le terrain, ni la tactique de rebelles", affirme un soldat du régiment de l'ex unité Requin.
D'autre part, les commandos redoutent eux la complicité de leurs collègues des régiments avec les rebelles du M23: "Je ne comprends pas. Les ennemis sont informés de nos mouvements alors qu'ils n'y sont pas, cela frise de complicité de nos collègues des régiments qui collaborent avec leurs amis qui ont fait défection depuis le mois d'avril", constate un commando. "Vraiment il y a beaucoup de choses à faire dans cette armée ! Comment expliquer qu'un militaire engage le combat avec un téléphone portable en poche, s'insurge un autre. Certains n'ont pas coupé le cordon avec leurs collègues insurgés, il n’y a pas moyen d'avancer car nous irons toujours d'échec en échec."
Même cri d'alarme de cet officier : "Regarde ce téléphone portable que j'ai trouvé dans la poche du cadavre d'un soldat du M23 tombé pendant la bataille du 15 novembre. J'y reçois des appels en provenance de soldats du camp ennemi. Ils vont nous attraper comme des rats tout en disant que notre commandement leur appartient ; voilà pourquoi je dis que nous sommes infiltrés."
Face à cette situation et à leur rage contre le gouvernement et Kabila qui les a trahis, les a vendus, leur a menti, disent-ils, beaucoup ont déserté retournant à Goma où ils se sont livrés à des exactions dimanche dernier, volant et pillant pour leur compte personnel. Ils ont été remplacés par des unités venues de Bukavu peu au fait du terrain qui n'ont pas résisté à l'avancée des rebelles. Certains ont quitté la ville à l'entrée du M23, les autres ont rendu leurs armes aux rebelles le mercredi 21 et commenceront dès jeudi leur entraînement militaire dans les camps des rebelles.

3 commentaires:

  1. Devant la recrudescence de l'insécurité a Goma.la justice populaire s'installe avec force dans la ville plus de prison nombre de policores en baisse.la population s'occupe de tous le suspect par une justice de jungle des pneus ont ramplace la prison.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comment ces costauds étaient-ils battus? Trahison? Famine? Manque de tactique? Manque de salaire?

      Supprimer
  2. Non il ne sont pas affame indiscipline cacophonie melange de tout pour tout sans formation pour les soldats integre QUI ONT REFUSER D,ETRE MUTE AILLEUR QUE LE NORD KIVU ET QUI OBEISSENT AU COMMENDANT QUI ONT FAIT DEFAICTION AU FARDC POUR LE M23.

    RépondreSupprimer